The Height of Absolute Stupidity

Votre tactique insipide et dégoûtant échoué, that’s all that went wrong. The narrative of these lot goes from bad to worse in quantum leaps and bounds. Les mêmes personnes qui condamnent les autres en utilisant “oh ce pauvre enfant avec le syndrome d'Asperger – comment osez-vous la mettre vers le bas” sont les mêmes ceux qui promut en premier lieu. Oh cette pauvre fille avec le syndrome d'Asperger ou quoi que ce soit. Le noyau dur gauche autrement connu comme communistes ou Nouvel Ordre Mondial, Les Nations Unies – le lot sont rétropédalage et en pleine retraite sur celui-ci et d'essayer de blâmer les autres et obtenir la sympathie. Vous beaucoup déconné c'est le fait très cœur de tout cela. Dans cet article de l'ABC voit-on un seul mot de condamnation pour ceux qui trottait cette fille sachant qu'elle avait ces questions? Le silence est assourdissant sur ce. Et les actions de ses parents? Pas un mot. À présent, A propos de l'auteur de ces ordures journalistique, son qui clairement évident qu'elle est.

Pourquoi Greta Thunberg déclenche les troglodytes parmi nous

Sixteen year-old Swedish climate activist Greta Thunberg listens to speakers during a climate change demonstration.

L'Internet a dans Greta Thunberg, ou du moins, il semble que parfois de façon.

En tout temps passer le sondage baratin de bas-mangeoires bien, il y a un risque d'amplifier. Un risque de ce qui implique qu'il est commun, omniprésente même. Il n'est pas.

The teardowns and tirades aren’t everywhere: dans mon alimentation, ils ne l'emportent certainement pas tout l'amour et de louange, l'admiration et tout le vous aller bonnes choses.

Mais il y a un bas-ventre. Un monde cruel et terrifiant où il est apparemment parfaitement bien - même, encouragé - pour les adultes, généralement (mais pas exclusivement) adultes de sexe masculin, pour déchiqueter un jeune de 16 ans en pièces.

Greta tiques toutes les cases. Elle déclenche les troglodytes parmi nous d'une certaine façon tout à fait prévisibles.

La voix d'une génération?


Greta Thunberg a inspiré un mouvement mondial pour l'action climatique, mais certains n'ont pas accueilli son message.

C'est une fille. Dire notre culture déteste les filles est, bien sûr, une surévaluation. Après tout, nous aimons regarder les filles et les avoir chanter et shimmy pour nous.

Nous aimons tout à fait, dire, quand ils nagent assez vite pour gagner “nous” une médaille d'or.

Nous aimons consommer surtout les nos produits et sonnant à leur sujet sur les médias sociaux. Mais nous détestons en grande partie la culture fille.

Choses que les filles aiment, choses que les filles sont intéressées par, sont systématiquement dévalué et considéré comme trivial.

Si un livre, un groupe, film, une denrée alimentaire a une ado-fille disproportionnée suivante - penser crépusculaire, penser Taylor Swift, Billie pense Eilish - il est rendu culturellement sans importance merde au mieux, et comme vide de sens au pire.

Les filles instant crier et à pleurer sur quelque chose est le moment de notre culture a décidé qu'il est tout à fait sans importance.

Elle est non seulement une fille - elle est une fille avec le syndrome d'Asperger

Elle est non seulement une fille bien.

Nous aimons certains 16 ans. Idéalement, ceux qui ressemblent ils sont sur le point de la condition féminine en fleurs. Barely legal dans le langage porno.

OPINION: Morrison n'a pas entendu le message de Greta Thunberg


L'action urgente nécessaire pour éviter une catastrophe réchauffement climatique semblait loin au sommet climatique de l'ONU, écrit Matt McDonald.

Le spot pour les filles dans notre culture brille sur ceux qui sont un peu salace.

Ce ne sera pas impunies si. Feignons de ne pas être ne vient pas sexuelle à un coût; feignons pas que les normes ne manquent pas à double pas - mais il est le mandat.

Si nous allons lui prêter attention, le moins qu'elle peut faire est de nous offrir quelque chose de séduisant à regarder. Pour sourire pour nous. Pour ne pas être trop strident. Pour jouer agréable.

Greta est Thunberg pas faire de 16 ans sex-appeal pour nous. Elle ne pas exécuter la féminité, elle n'échange érotisme pour une plate-forme pour parler de l'environnement.

Elle est une fille à la voix douce avec la peau nue et pigtails. Et parce que cet emballage est si peu familier sur la scène mondiale - parce que nous avons aucune trace réelle piste de prêter attention aux filles qui ressemblent à ceci - il est acceptable d'ignorer son.

Elle ne pas exécuter adulte womanliness dans la façon dont nous attendons, alors nous l'avons minimisons comme un simple enfant. Et nous ne considérons pas les enfants comme sources d'autorité, d'expertise.

Ils sont naïfs, et leurs mots - leurs besoins, leurs espoirs - obtenir actualisés.

Mais elle n'est pas seulement une fille. Elle est une fille avec le syndrome d'Asperger. Et le syndrome d'Asperger est généralement perçu comme un handicap.

Et le cadre d'invalidité signifie qu'elle ne neurodiverse. Her differences aren’t what make her different — make her amazing, plutôt.

Espace pour jouer ou pause, M pour couper le son, flèches gauche et droite pour chercher, flèches haut et bas pour le volume.

Elle a rejeté comme fanatique. En tant que obsessionnelle monomaniaque. Comme quelqu'un qui garde frapper à peu près la même chose encore et encore après tout le monde a quitté la salle.

Cela permet à Greta d'être brossé-off ne pas comprendre la nuance, de ne pas “obtention” indices sociaux. En omettant de comprendre comment le monde fonctionne vraiment.

Comme étant non seulement naïve, mais comme un peu “cassé”. Certainement trop brisé - selon ceux qui haïssent sur Internet - à être écouté sur les questions de politique.

Greta est le fantôme d'un avenir de Noël très sombre

Mais elle n'est pas seulement une fille avec le syndrome d'Asperger. Elle est une fille suédoise avec le syndrome d'Asperger.

Dans beaucoup de façons, nous aimons bien les Suédois.

« Être différent est une superpuissance’


le changement climatique suédois activiste Greta Thunberg a frappé dehors aux critiques, décrivant son diagnostic de syndrome d'Asperger comme “superpuissance” that she has never tried tohide behind”.

We like their noir novels and their flat-pack furniture. Their ABBA, their Lykke Li. Their cosy cocoa-and-cake culture.

And we often find appeal in much of their public policy. Appeal right up until the point where we have to ponder paying for it.

ensuite, abruptly, Sweden is slammed as a socialist dystopia.

When a girl from Sweden tells the world all the ways that they are failing the planet, all the toil we’re neglecting to do for the earth, she’s dismissed as a meddler.

She’s a person — and not just a person, but a mere girl — who’s looking down at us, who’s judging us.

If we can work out ways to disregard her — to use her age and accent and Asperger’s against her — then her scowling and judgment doesn’t matter.

In considering the source as less than, we can rationalise not paying proper attention. Après tout, the judgment of our inferiors matters little.

Mais elle n'est pas seulement une fille, with Asperger’s, who’s Swedish. For the kicker, she’s a girl, with Asperger’s, who’s Swedish and who’s asking us to do more than just separate our rubbish.

And this is what it’s really about. The pigtails and soft voice takes a backseat to the true problem with Greta Thunberg: she reminds us of the litany of our collective failings.

Not just about how we don’t care enough, but that we’re not doing enough. That we’re not outspoken enough. That we’re not sacrificing.

That even if we acknowledge that there’s a climate calamity, we’re not forgoing anything for it.

Espace pour jouer ou pause, M pour couper le son, flèches gauche et droite pour chercher, flèches haut et bas pour le volume.

Just as we hate vegans because they remind us that there’s a dark cost — paid by animals every bit as sentient as our fawned-over puppies — to that burger, Greta est le fantôme d'un avenir de Noël très sombre.

It’s equal parts predictable and reprehensible that a girl gets targeted because she’s saying and doing what we’re too — variously — lazy, complacent and greedy to do ourselves.

But the reasons she bristles, the reasons that a soft-spoken 16-year-old Swede has the capacity to stir such defensiveness and prompt such venom, is testimony to the fact that she’s doing an awful lot right.

Lauren Rosewarne is a senior lecturer at the University of Melbourne and currently a visiting professor at Wesleyan University, USA. Her 11th book, Why We Remake: The Politics, Economics and Emotions of Film Remakes, will be published in 2020 by Routledge.

La source: https://www.abc.net.au/news/2019-09-28/unpacking-twitter-tirades-why-are-we-triggered-by-greta-thunberg/11545952

Hits: 138

Leave a Reply